Pour les particuliers

Pour pouvoir disposer de bois sec à l’automne de façon sûre, le seul moyen est de s’approvisionner dès le printemps. Les délais sont alors plus courts, la disponibilité assurée, et le bois est plus sec le moment venu. A l’automne, les délais s’allongent, la ressource manque, et le froid est là. Il n’est jamais trop tôt pour rentrer son bois de chauffage. Les producteurs de bois de chauffage ne peuvent stocker pour l’ensemble de leurs clientèles.
La première fois, il est prudent de commander un peu plus que la quantité nécessaire estimée, afin de faire tourner le stock d’une année sur l’autre.

Se chauffer au bois bûche, ce qu’il faut savoir

  • Utiliser un bois bien sec, c’est essentiel, stocké sous abri ventilé pour garantir un meilleur séchage.
  • L’emploi de feuillus durs (chêne, charme, hêtre,etc.) apportera un meilleur rendement (1700KW/stère) que les feuillus tendres (1400KW/stère). Attention avec le châtaignier, il éclate en brûlant.
  • Disposer d’une bonne installation.
  • Ramoner régulièrement ses cheminées (deux fois par an).

Le stockage du bois

Le pire des modes de stockage, et à la fois le plus répandu, est de recouvrir le bois d’une bâche étanche : sous l’effet de la chaleur, l’humidité du sol traverse le bois, se heurte à la bâche étanche, et redescend sur le bois dès que la température baisse. L’humidité stagne, les champignons se développent, le bois se dégrade.

L’idéal est de stocker le bois à l’air libre, en extérieur, sous une tôle ondulée ou une planche inclinée. Éventuellement, une bâche qui ne recouvre pas les cotés. C’est le vent qui fait sécher le bois, en emportant l’humidité superficielle, et qui extrait progressivement l’humidité interne. Le bois supporte parfaitement la pluie directe, à condition d’être protégé un mois environ avant l’utilisation. Il suffit donc de le recouvrir vers la mi-août. Sous la pluie, le bois se lave, perd son tanin, qu’on retrouvera sous le tas de bois, plutôt que sur la vitre de l’insert.