Performances thermiques

L’augmentation du prix des énergies et le changement climatique nous obligent à renforcer la performance des constructions. Dans ce contexte, la réglementation thermique évolue pour aller de plus en plus vers la très haute performance.  La construction bois apporte de nombreuses facilités pour atteindre ces exigences et permet d’obtenir des murs très bien isolés tout en maîtrisant leur épaisseur.

 

Evolution de la réglementation thermique en France

Exemple d’un mur ossature bois répondant à la RT 2012

Source : "Bâtiment bois basse consommation et passifs", Essentiel du bois n°6

 

 

U = W/m2.K.= Flux de chaleur traversant 1m2 de paroi pour un écart de 1°Kelvin

Plus cette valeur est faible meilleure est l’isolation de la paroi

R = 1/U = m2.K/W = résistance thermique d’une paroi.

Plus cette valeur est élevée, meilleure est l’isolation de la paroi.

 

Source : Label BBC/Effi nergie dans la construction bois - Inter Forêt Bois 42

 

 

7 points pour bien prendre en compte la performance énergétique :

 

 

 

 

 

 

 


Focus : le test d’étanchéité à l’air

L’étanchéité à l’air d’un bâtiment répondant à la RT 2012 doit être mesurée grâce à un test d’infiltrométrie ou « test de la porte soufflante ». Le bâtiment est mis en dépression grâce à un ventilateur intégré dans une « fausse porte », et on mesure le débit d’air parasite pour une dépression donnée. En France, le coefficient retenu pour mesurer cette étanchéité est le coefficient I4 (débit d’air parasite sous une dépression de 4 Pascals, divisé par la surface de paroi froide de l’enveloppe). Une maison RT2012 doit avoir un coefficient I4 inférieur à 0,6.

 

Ces notions sont récentes dans le bâtiment, les professionnels ont donc dû se former pour pouvoir les mettre en pratique et les appliquer selon les règles de l’art.

 

 

Pour aller plus loin

L'annuaire de la filière

Adhérents

Syndicat
SYNDICAT DES PROPRIÉTAIRES FORESTIERS SYLVICULTEURS DE SEINE-MARITIME
> Voir sa fiche
Syndicat
FNB NORMANDIE
> Voir sa fiche
> S’inscrire à la newsletter